Actualités

Ciné du 7 février 2020

Vendredi 7 février 2020, à 20 h, au Battoir de Villars-Burquin, avec Gilbert Dell’Orefice et Grégory Petitqueux, pour rire de la parentalité.

«Toni Erdmann»
de Maren Ade

Comédie allemand – autrichien de 2016
Avec Peter Simonischek et Sandra Hüller
Âge légal : 12 ans + / Âge suggéré : 12 ans

Winfried Conradi, un enseignant allemand d’une soixantaine d’années, fantasque et habitué à se grimer, va rendre une visite surprise à sa fille Ines, consultante de haut niveau en poste à Bucarest. Alors qu’elle essaye de négocier un contrat d’externalisation très important pour sa carrière, il s’immisce dans sa vie professionnelle et personnelle afin de la faire réfléchir sur elle-même…

Entrée libre, chapeau à la sortie au profit de Lire & Rêver

19.01.2020

Ciné du 17 janvier 2020

Vendredi 17 janvier 2020, à 20 h, au Battoir de Villars-Burquin, avec Gilbert Dell’Orefice et Grégory Petitqueux: notre premier rendez-vous cinématographique de l’année 2020 « Rire pour Pleurer ».

«La Merditude des Choses»
de Felix Van Groeningen

Comédie dramatique belge de 2009
Avec Johan Heldenbergh, Koen de Graeve, Pauline Grossen
Âge légal : 13 ans + / Âge suggéré : 14 ans

« La Merditude des choses » conte l’histoire de Gunther Strobbe, qui habite chez son père, sa grand-mère et ses trois oncles dans le village flamand de Reetveerdegem.
La famille Strobbe est une famille marginale : le père de Gunther et les oncles ne font que boire de l’alcool, séduire des femmes et flâner dans des cafés.
Cette routine finit soudain quand l’assistante sociale Nele Fockedey force Gunther à quitter la famille…

Entrée libre, chapeau à la sortie au profit de Lire & Rêver

10.01.2020

Programme cinéma 2020: Rire pour pleurer

Le programme Cinéma 2020 « Rire pour pleurer » est désormais disponible (voir sous « Programme »)

Parce que l’on ne peut pas pleurer infiniment de nos malheurs, il arrive un point où la nécessité de continuer à vivre prends le dessus. Un moment où, pour réagir, il faut oublier, se divertir, dans le sens latin de di-vertere : se détourner de.
Et même s’il ne nous reste plus rien, que tout s’est effondré, qu’il ne nous reste, comme on dit, « que les yeux pour pleurer », il y a un moyen très simple pour faire cela.
Il s’agit d’une faculté humaine, accessible à nous tous/tes, quelle que soit notre culture, notre origine géographique : on peut rire, rire pour pleurer.
Rire du malheur ou d’autre chose pour défier le destin, l’éloigner, le changer.
Alors pour un bref moment, le rire soigne et répare tout….

Programme Cinéma 2020 (à télécharger)

22.12.2019